Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous êtes

 visiteurs à suivre nos aventures !

- Tu vois Loulou, moi aussi je fais des bisous à papa ! (love-love-bisou-bisou-smac ❤️❤️❤️)

- Nooooon, arrête maman ! Tu ne peux pas faire de bisous !

- Mais si j'ai le droit ! Tu sais, c'est un peu "mon Papa" à moi aussi !

- Mais non c'est pas ton papa ! Toi c'est juste ton Guillaume (*) !

 

 

(*) : Guillaume, ou Jean-Mouloud, ou Abd'el-Louis ... remplacez par le prénom du géniteur de votre choix !

Le complexe d'Oedipe pour les nuls

[Attention ! Article sérieux inside]

Pour ceux qui veulent aller plus loin, voici un article dont l'auteur (Igor Reitzman) est un philosophe humaniste qui prend de contre pied la théorie Freudienne et apporte un éclairage nouveau par des explications accessibles et des apports intuitivement compréhensibles  (article long mais qui vaut vraiment le coup, que vous soyez pas-pous ou papa-pous) :

[Edit du 14/5/19] : 

Avec TonMoutardBis qui grandit, j'ai voulu me replonger un peu dans les étapes de développement de mon loustic 1er et voir où en est loutic 2ème et là, oooh surprise, le lien ci-haut marche pu ... snif ... mais bon, rien ne peut venir à bout de TaServiteuse, alors voilà le nouveau lien qui marche disponible sur web archive [quand on vous dit que google n'oublie rien et garde tout sur vous !] : Un autre regard sur le complexe d'Oedipe (clique sur le texte précédent !).

Bref, avec gnumérobis donc, ce phénomène oedipo-freudio-mystério-clinico-juvénile n'est toujours pas observable chez nous [tu me diras, c'est encore un peu tôt pour le confirmer car nous ne sommes pas encore complètement entrés dans l'âge où celui-ci est sensé se produire] ... mais quand même, deux moutards de sexe "mâle" qui sont amoureux du père et qui veulent plutôt "trucider" la mère [conclusion que j'aurais pu tirer un peu hâtivement si j'en crois Mister Freud, heureusement j'ai une autre lecture et puis, je grossis un peu le trait volontairement hein !], ... ça a le mérite de poser des questions quand même !

Bon après, il est vrai qu'ici, TonPapaMoutard est un être exceptionnel ; le sphinx peut donc toujours attendre ... en Oedipie.

Pour conclure [Attention, c'est une conclusion à la sauce TaServiteuse, ça veut dire qu'elle ouvre plus de perspectives et matière à discussion qu'elle ne la conclue ...] :

L'analyse dans le billet mis en lien plus haut [et celles qui ont suivi] m’a ouvert les yeux sur la violence de cette théorie, son contexte, .... Tel que posé par Freud et perpétué par les psychanalystes en effet, le complexe d’Oedipe serait littéralement le désir de l’enfant de coucher avec le parent du sexe opposé et tuer l’autre parent qui représente un obstacle à la réalisation de son fantasme (au sens sexuel aussi).

J'étais déjà mal à l'aise avec la définition minimaliste que j'avais du concept mais plus je comprends ce qu'il sous-tend, plus je le trouve violent et indigne. Il n’est pas question dans cette théorisation par Freud, reprise en chœur sur les divans des cabinets de psychiatres et autres promoteurs de la vision freudienne, d’interrogations de l’enfant sur des sujets parfaitement légitimes [nature de la relation entre parents versus envers l’enfant, identité sexuelle, différence entre désir et sentiment)] ; il est bien question d’un penchant incestueux naturel et inné de l’enfant supposé par Freud, développé dans une société patriarcale et "autoritariste" vis-à-vis de l’enfant, qui refoule des sentiments de tendresse qui eux sont naturels.

Le complexe d’Oedipe était bien visible pour celui qui l’a théorisé puisqu’il l’étayait par l'observation supposée de comportements qu'il attribuait au côté séducteur intrinsèque de l’enfant [au sens encore une fois sexuel] dont il avait la conviction... il croyait déceler cela dans ce que nous appelons [heureusement] aujourd’hui la recherche de l’attention, le mimétisme, l'affirmation de soi, la recherche des limites, l'expérimentation et recherche du plaisir par le corps et les sens pour mieux se saisir de son moi, ... bref des mécanismes d’apprentissage et de développement parfaitement normaux et innocents de l’enfant.

Plusieurs sociologues et ethnologues ont également critiqué l’universalisme supposé de ce complexe (quid des sociétés matriarcales, homoparentales, recomposées, monoparentales ?). D’autres ont également mis en cause le manque de rigueur scientifique car le matériel clinique est peu utilisé [Freud est parti de sa propre auto-analyse en la généralisant de sorte à comprendre le récit de ses patients].

Bref, pour moi, il y a autre chose qui se joue, mais qui n’a rien de sexuel et qui ne s’appelle plus complexe d’Oedipe dans ce cas ... de mon point de vue en tout cas !

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article