Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous êtes

 visiteurs à suivre nos aventures !

Il connaissait les dialogues des "Tontons flingueurs" par cœur ainsi que les répliques de tous les numéros d'"Achille Talon" du premier jusqu'au dernier. Il écrivait lui-même des romans policiers dans lesquels son imagination pouvait s'évader sans limites aucunes. Je regrette à présent de ne pas avoir été plus assidue à les lire mais je sais que ce sera avec une grande curiosité que tu les dévoreras plus tard.

Il racontait parfois les mêmes blagues toujours avec une sincère innocence "Ah bon ? Vous la connaissiez déjà celle-là ?", et en effet, à chaque fois les mêmes anecdotes avaient toujours autant de saveur !

Il était gourmand et jovial, aimant et convivial.

Il s'est retrouvé banquier alors qu'il avait fait des études de géomètre. Il a flirté avec l'histoire en recevant à son travail des personnages comme la famille Pouillon ou Xavier Niel et plaisantait en disant à propos du dernier qu'on lui avait refusé un prêt et qu'à présent il était devenu l'une des plus grosses fortunes de France, "Quel manque de flair n'est-ce pas ?!". Il était d'une modestie sans faille et avait l'esprit moqueur mais plein d'autodérision.

Jeune papa, il avouait qu'il s'enfermait parfois dans son bureau et s'allongeait par terre pour récupérer d'une courte nuit durant laquelle il avait veillé un de ses enfants, pour le rassurer de sa présence et le consoler, c'était un véritable papa poule, un "super-papou", un homme en avance sur son époque. Il a accompagné sa maman jusqu'au dernier jour, il était aussi un fils plein de tendresse et d'affection.

Il écoutait Beethoven, Barbara, Nathalie Dessay. En voiture, il fredonnait avec nous en chœur des histoires de roi, de culotte, de barbets et de caniches, de poches et de bancroches. Il aimait la rime et le plaisir des mots.

Il a beaucoup voyagé et vu du pays, il a sillonné l'Asie, l'Amérique du Nord et l'Europe mais il aimait par-dessus tout retrouver son chez lui, "on ne va jamais assez loin chercher le bonheur d'être chez soi" aimait-il répéter.

Il a réussi l'exploit de ne rater qu'un seul numéro du "canard enchaîné" alors que cela faisait bien cinquante ans qu'il le lisait. Il pouvait résoudre les grilles de mots croisés les plus complexes et était un as de la dictée.

Il était écrivain public pour écrire des lettres à des gens qui ne savaient pas écrire, il était humble et généreux, plein d'empathie et sensible aux problèmes d'autrui.

Il disait lorsqu'un de ses enfants descendait l'escalier "Tiens ! J'entends les pas d'un cheval, je crois bien que c'est mon fils". L'humour était sa seconde nature.

Il disait en parlant de toi que tu étais le plus beau "Après moi bien sûr ! Mais lui quand il sera grand, il va draguer sec".

La vie peut paraître courte surtout lorsqu'elle arrive au bout, mais elle peut être d'une richesse infinie. Il est si difficile de parler de lui aujourd'hui au passé, il est impossible de dire tout ce qu'il a été et tout ce qu'il a fait.

Souviens-toi que tu l'aimais, il restera dans nos pensées et dans nos cœurs, souviens-toi qu'il t'aimait ! Lui c'était ton papy, souviens-toi toujours de lui !

Souviens-toi !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article