Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous êtes

 visiteurs à suivre nos aventures !

 

Alors comme ça Jean-Luc, c'est fini ? Terminées les élections, c'est plié ? Il n'y a plus rien à dire ? Allez, entre nous, 7 millions d'électeurs ont voté pour toi, près d'un tiers des moins de 25 ans qui on peut s'imaginer votaient pour la plupart pour la 1ère fois, et c'est ça que tu veux leur vendre ? La résignation ?   

 

Je vais te faire une confidence, moi-même j'ai failli glisser un bulletin en ta faveur, j'y ai pensé sérieusement ! Je suis profondément attachée aux enjeux écologiques, à la justice sociale, la transparence de la vie publique, l'égalité des droits que tu défends. Ton projet de réforme des institutions pouvait répondre à une demande grandissante des citoyens d'être plus impliqués dans les orientations et choix politiques, d'un exercice de la démocratie plus en phase avec les aspirations d'une société qui mûrit. J'étais néanmoins assez sceptique sur ton plan B de sortie de l'euro, de l'UE, et d'instances européennes pour construire de nouveaux liens ailleurs. Je crois sincèrement en les vertus du dialogue et je pense que jouer les rapports de force cache souvent un aveu de faiblesse. Si tu crois sincèrement que les enjeux écologiques sont une priorité et si tu t'y intéresses, tu auras constaté que lorsque les enjeux sont mondiaux, ce sont pour beaucoup des solutions locales qui fonctionnent le mieux et qui permettent d'amorcer un changement de mentalités essentiel au service de la cause : produire local, distribuer local, consommer local, tisser le lien social, célébrer la mémoire de ce qui nous unit. Alors je t'avoue que je ne comprends pas bien cette logique d'aller chercher l'herbe plus verte et l'exotisme d'un ailleurs à des milliers de kilomètres, et je suis la première à croire profondément en l'amitié et la coopération entre tous les peuples. Mais je ne sais pas ce que tu crois pouvoir trouver ailleurs sur le plan des alliances politiques et commerciales ? Ce que tu n'arriverais pas à trouver ici ? Tu vas encore aller pomper plus de gaz en Russie ? Acheter des pommes de terre et des fraises en Amérique du Sud ? Et ne me dis pas que ce sera différent parce qu'elles seront bio. Tu dénonces des dérives idéologiques des dirigeants en France et en Europe, tu t'emploies à confondre Macron et Le Pen mais tu cherches toutes les excuses à un Poutine ou un Castro ?  Alors certes l'Europe a du plomb dans l'aile, mais - je le dis en toute sympathie crois-moi - tu donnes l'impression d'avoir du caca dans l'œil.   

 

Non attends ! Reviens. Ne te fâche pas ! Je te promets que je l'ai bien lu ton programme, je t'ai écouté parler, t'exprimer. Tu vois je l'ai tellement bien lu que je connais même le passage où tu abordes "L’espace ... représente un formidable défi pour l’humanité. Notre nation, tournée vers l’espace, peut être le fer de lance de la recherche et du développement des technologies qui y sont liées. Il fait l’objet de convoitises marchandes. Il est, au même titre que l’air ou l’eau, un bien commun, qui doit être protégé de la rapacité de l’oligarchie financière."

 

Et là je t'avoue, vers la fin je t'avais complètement perdu. Mais revenons sur terre. 

J'avais déjà remarqué que tu avais tendance à employer des mots pas très avenants vis-à-vis de ce que tu appelles l'oligarchie et le système et que tu y mettais un peu ce que tu voulais : les politiques, les médias, la finance, ... même Fillon marche sur tes pas. 

 

Tu donnais l'impression de t'être un peu radouci dernièrement mais l'amertume de la défaite a fait tout remonter : "mediacrates et oligarques jubilent" as-tu prononcé. Tu n'as pas pu t'en empêcher ! Et ça m'a rappelé très exactement pourquoi je n'ai finalement pas voté pour toi. Vois-tu, je crois que l'on attend d'un homme ou femme politique qui aspire aux fonctions auxquelles tu prétends une hauteur de vue, une sérénité et je ne t'ai jamais trouvé vraiment à la hauteur à ce sujet. Tu n'es pas sans savoir que tu es un leader d'opinion alors te déguiser derrière une plateforme sous couvert d'un exercice démocratique prétendument révolutionnaire ... je te rassure, si jamais ta crainte était de trop influencer tes sympathisants, je suis convaincue que l'on peut tout à fait exercer son libre arbitre tout en sachant écouter l'opinion des autres. Et ce soir-là tu aurais pu te démarquer en trouvant les mots justes, des mots qui touchent, des mots qui soignent, des mots qui rassemblent. Car non il n'y a pas que la finance qui nous fait du mal. Il y a aussi cette parole publique clivante, ces discours amers, ces passions tristes - comme entendu ce matin à la radio, cette incapacité à s'inscrire dans une logique de construire ensemble, d'égard à l'autre, cette politique de la terre brûlée, ce "moi moi moi moi" ou le déluge. 

Tu disais en 2002 qu'il fallait voter contre Le Pen quitte à mettre un gant et des pincettes. Oui je sais ce qu'on dit, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, sauf que la situation est aujourd'hui pire qu'hier, elle est dramatiquement simple et on ne peut plus refaire le jeu ni réécrire les règles là tout de suite. Je sais que tu penses que les deux choix sont identiques et que le premier nous mènerait vers la deuxième mais s'il y en a un qui a le goût amer, l'autre est empoisonné : demain tu seras dans tous les cas dans l'opposition, tu préfères te battre contre une Le Pen ou contre un Macron ? A moins que tu aies renoncé ?   

 

Beaucoup sont sincèrement déchirés entre ces deux positions (voter Macron et donc pour la reproduction d'un système qui nous aurait amené là, contre leurs convictions mais contrer Le Pen ... ou s'abstenir), qui sont las de se retrouver le cul entre deux chaises et qui ont l'impression de s'être déjà fait avoir une fois. Mais une bonne part pensent que non, le FN ne passera jamais et comptent sur des sondages rassurants, la mobilisation des autres, ... et c'est ce phénomène qui risque de nous envoyer dans le mur ! Et c'est là que tu devrais comprendre que ta parole compte, que l'histoire que tu contes a une suite. Mais ... tu sais, finalement je me dis qu'on attend beaucoup du politique et de l'Etat dans un monde qui change et je continue d'observer l'émergence d'autres façons de vivre des initiatives citoyennes ensemble, en dehors des RDV électoraux. Si les yeux sont aujourd'hui braqués sur toi (y compris les médias que tu abhorres) ce n'est pas pour te mépriser, c'est parce que tu représentes un espoir pour tous ceux qui ont voté pour toi et que tu incarnes malgré toi la voix qui porte une réelle volonté de changement. Alors j'ai tout de même confiance vois-tu, et finalement je te rejoins un peu, ta parole n'est peut-être pas aussi indispensable, chacun prendra ses responsabilités et je fais le pari du meilleur. Pour ma part, j'irai voter ! Je n'aurai peut-être pas ce que je veux mais je sais ce que je ne veux surtout pas avoir !    

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article