Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous êtes

 visiteurs à suivre nos aventures !

Copyright protection

Mais qu’a-t-il donc grandi !

Il dit avoi pour au revoir, ao pour allo, tin pour tiens, adone pour donne, agoum pour tout ce qui se boit ou se mange [le pain, l’eau, son repas, ... les cailloux, les billes d’argile et les fourmis du jardin], et hop quand il veut qu’on le prenne, ayé quand quelque chose se termine ... iya pour il y a lorsqu'il reconnait les animaux dans ses livres, ça, paf, bam, meuh, caca, ... et bien d’autres mots composant des phrases à ne pas s’arrêter de la journée, et dont parfois lui seul a le secret. 

Il dit bien sûr papa pour papa, ... mais aussi papa pour maman ; enfin si, il dit mama aussi mais ce n’est pas celui que j’entends le plus, mais pas grave ! Je suis si contente de leur complicité. 

Il met sa tête sur notre épaule pour nous faire un câlin, caresse mon visage quand je l’endors le soir.

Il sait toujours ce qu’il veut et sait nous le faire comprendre. 

Il n’aime pas être contrarié et n’hésite pas à nous le faire entendre. 

Il est impossible à habiller et ne tient pas en place car vous comprenez, il y a tellement de choses mille fois plus intéressantes à faire ailleurs. Il saute sur tout ce qui bouge et bouge tout ce qui ne doit pas sauter. Il refait la déco 10xjour dans toute la maison. Il ne recule devant rien et rien ne semble lui faire peur [sauf le robot aspire-tout-seul au début ... à présent il faut le cacher si on ne veut pas le retrouver désossé en mille morceaux].

Il ramène ses chaussures quand il sait qu’on est sur le départ. Il montre les avions dans le ciel avec des yeux qui brillent. Il s’arrête dans la rue pour tendre la main aux chiens et voudrait bien tirer la queue de tous les pauvres caresser tous les félins du quartier.  

Il tient du paradoxe du petit frère : il ressemble autant à son aîné qu’il peut en être différent ! 

Comme son frère, il court et grimpe partout ... et comme il s’affirme, il ne lui concède pas tout.

 

Silence, ça pousse
Silence, ça pousse

Parfois, quand ils ont fini de s’entretuer pour un bout de bois, ils ont cette complicité dans leurs regards qui me fait fondre.

Silence, ça pousse

Il a un naturel confiant et serein. Il est espiègle et coquin. Le sourire ne quitte jamais ses lèvres ni la joie son visage. Il est notre petit rayon de soleil et met du piment dans nos vies. 

Il nous tire vers l’avant tel un moteur.

Il met de la musique dans nos cœurs.

Silence, ça pousse

PS : Non, çoupinet ! Tu ne peux pas : tenter de brancher les clés de la maison sur une prise éléctrique, récurer le sol avec un balai à chiottes, jeter tes jouets dans le trou des toilettes, reprogrammer la machine à laver/lave-vaisselle/robot-aspirateur toutes les 2 secondes, manger la pâte-à-modeler de ton frère, renverser le contenu du verre/assiette/cuillère sur mon beau chemisier blanc, manger les croquettes du chat, etc.etc.etc [rayer les mentions inutiles]...

... mais continue de nous faire craquer avec ton bon entrain et ta jolie bouille d’amour !

Silence, ça pousse
Copyright protection
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article