Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous êtes

 visiteurs à suivre nos aventures !

Publié par

Copyright protection

Il se passe des choses dans le pays de mon cœur ...

... On ne sait peut-être pas où on va et il ne sortira peut-être rien, peut-être tout ou peut-être le chaos de cette mobilisation qui aura surpris tout le monde, y compris ceux-là mêmes qui sont allés dans les rues manifester leur colère d’un ultime mépris et de l’humiliation permanente.

Les gens ont été par centaines, par milliers, étonnés de se retrouver. L’âme d’un peuple s’est réveillée de son marasme prolongé, a de nouveau animé la volonté des corps alanguis, les réchauffant de nostalgie, insufflant le mouvement et la chaleur des retrouvailles. Comme de vieux amis que les aléas de la vie auraient brusquement séparés, avec un arrière-goût d’inachevé, d’un RDV manqué ; les gens se sont reconnus, ébaubis mais heureux de se revoir avec leurs sentiments intacts, leurs espoirs entiers et leurs aspirations inentamées.

Aujourd’hui, hier et tous les jours à venir effaceront des promesses de lendemains manqués et de perspectives avortées. Partout dans les rues, les grandes artères comme les plus petites veinules,  coule de nouveau la sève qui irrigue la ville du souffle de la vie,  ... partout à la ronde, il y avait du monde. Il y avait ceux qui n’ont connu que l’arrogance et le mépris, ceux qui voudraient s’en dépêtrer, ceux qui y croient et ceux qui doutent, ceux qui sont sûrs et ceux qui s’inquiètent ; mais tous étaient ensemble pour semer des graines et juguler la haine. 

C’est comme si d’un coup, d’un seul, un océan d’indignation s’est levé, déferlant sur les rivages, emportant les regrets, les peurs, faisant tomber le mur de la torpeur. 

Qu’adviendra-t-il de cette énergie ? Peu importe pour le moment, vivons d’abord l’instant présent. Elle est là un point c’est tout, savourons-là ! Nourrissons-nous de sa générosité et de son abondance et abandonnons-nous à sa vigueur et à son opulence ! Laissons-là pénétrer nos esprits, parcourir nos chairs avides de vie et assoiffés de bonheur ! Laissons le plaisir nous envahir, dégustons ses bienfaits avec appétit, rendons grâce à l’avènement de cet heureux événement, n’ayons crainte de cette ivresse passagère célébrée dans la liesse populaire ! 

Que chacun de nous ose rêver un avenir plus rose ... car oui, COMMUNIEZ, COMMUNIEZ, il en restera toujours quelque chose !

De l’autre côté
Copyright protection
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article