Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous êtes

 visiteurs à suivre nos aventures !

Publié par Lilotrésors

Dans la section "Les voyages qui m'ont marqués en l'an moins x" [x étant le nombre d'années avant la naissance de TonMoutard], j'ai nommé la Jordanie il y a une dizaine d´années.

C'est un pays qui nous a indéniablement marqué par son histoire et ses sites époustouflants, mais également et surtout par l'accueil de ses habitants, leur amabilité et hospitalité [qui n'est pas que légendaire], leur attention réelle et leur discrétion.

Bien sûr, connaître la culture et la langue arabe est un réel avantage qui nous a bien servi et permis de mieux communiquer avec les gens, de se faire comprendre et de nouer des liens quand bien même éphémères ; mais le royaume hachémite étant un pays très ouvert et faisant un peu figure à part dans le paysage moyen-oriental, il est très aisé pour un occidental d'y voyager, rencontrer et échanger en toute confiance avec la population.

En tant que femme et c'est important, de plus voyageant en couple "non marié" dans un pays musulman [COMMENT ? QUOI ? KOUIJE ? Mais c'est H'ram ça M'dame !], je m'y suis sentie en sécurité totale et respectée inconditionnellement [il va sans dire que le respect doit être réciproque]. Pour illustrer le propos, il nous est arrivée une petite mésaventure lorsque nous séjournions entre la vallée de Dana [Dana, Dana, Daaaa-dans laaaa valléééééée oooooh ooooh ... oups pardon je dérive !] et le Krak de Montréal ; une mauvaise expérience que nous avons pu surmonter grâce à l'esprit bienveillant des habitants de ce petit bout de pays, et qui fait à présent partie de nos succulentes anecdotes de voyage. 

Nous devions en quittant la région d'Amman pour arriver dans la vallée de Dana, séjourner une nuit à l'entrée de cette vallée avant d'effectuer une grande randonnée le lendemain à la journée dans de magnifiques paysages ocres et or, au cœur de la réserve naturelle du même nom. C'était sans compter une intruse qui s'était invitée à notre voyage et qui a complètement chamboulé l'équation de départ !

La vallée de Dana, que l'on se contentera malheureusement d'embrasser du regard le temps d'un regretLa vallée de Dana, que l'on se contentera malheureusement d'embrasser du regard le temps d'un regret

La vallée de Dana, que l'on se contentera malheureusement d'embrasser du regard le temps d'un regret

Dans la famille "Em...des touristiques", j'ai nommé ... roulement de taon-bour ... la Tourista ! [taon-bour, commençant par le préfixe "taon", le genre de trucs qui te tombe dessus sans prévenir, qui te colle sans que tu n'aie rien demandé et qui te pourris un peu la vie ... tu vois maintenant le rapport ?].

Nous arrivons donc chez nôtre hôte le soir, nous y mangeons bien, passons une bonne soirée et allons nous coucher pas trop tard en prévision de l'effort du lendemain. Mais au beau milieu de la nuit, TonPapaMoutard ne se sent pas bien [tiens ça me fait tout drôle de l'appeler comme ça maintenant que mes souvenirs replongent dans une époque où nous étions jeunes, beaux et avions encore toutes nos neurones en place n'étions pas encore parents] ; il se lève à plusieurs reprises en sueurs et passe une assez mauvaise nuit par la suite. Le lendemain matin, la motivation pour la randonnée est là mais le physique ne peut raisonnablement pas suivre.

On file du coup vers notre prochaine étape, avec pour projet de visiter le Krak de Montréal au passage si on peut. Mais l'état de santé de TonPapaMoutard agonisant ne s'améliorant pas vraiment en chemin, je décide de chercher un médecin dans la ville proche de Nejel pour sauver l'homme sous peine de condamner laboitamoutards à ne jamais exister, horreur, c'est pire que dans Retour vers le futur.

Je réussis à trouver un praticien qui prend en charge immédiatement TonPapaMoutard et dans les règles de l'art : ausculté de la tête aux pieds, requinqué avec du sérum car bien ramolli quand même par cette méchante tourista et bien déshydraté ; il ressort au bout de deux bonnes heures frais comme un coq [français le coq, il aime pas perdre la face hein ! « Comment ça tu t’es fait du mourant ma chérie ? Mais non ce n’était rien qu'un petit bobo, j'allais parfaitement bien fallait pas paniquer comme ça ! »]. 

Nos aventures ne pouvant pas s'arrêter là ; pendant que ma chère moitié se faisait pouponner était branché sur une bouteille en mode "I will survive", TaServiteuse était repartie à la quête cette fois-ci d'un ... garagiste ; eh oui puisque nous avions crevé en chemin bien sûr, sinon ça n'aurait pas été drôle [oui c'est moi qui conduisait pourquoi ? C'est ma faute si un clou a décidé de venir se suicider sous les roues de ma bagnole ? J'avais quand même réussi à véhiculer mon patient pour le mettre en lieu sûr, tu réalises l'exploit !].

Je m'en vais donc demander des renseignements au magasin en face qui m'indique un lieu accessible en 15mn à pieds à la sortie du bourg. J'y trouve bien un garagiste qui m'accompagne volontiers en voiture, outils en mains. Arrivés à hauteur du 2ème patient et à peine le cric sorti, l'épicier qui m'avait indiqué l'adresse du garage débarque, tous les enfants du quartier sont rameutés et c'est bientôt au moins une dizaine de personnes qui sont au chevet de Simone  ... toute cette joyeuse bande se met à l'ouvrage pour changer la roue et que la dame re-klaxonne. A la fin de l'intervention, je demande combien je dois, on me rétorque que non je ne dois rien ; je propose un pourboire, non non ça ira Madame, avec plaisir voyons faut pas ! Bref, ce fut une expérience émouvante et en plus, malgré les péripéties il nous restait encore suffisamment de temps l'après-midi pour visiter le krak, tout était bien qui finissait bien !

Et voilà comment ce pays est entré littéralement dans nos cœurs : nous venions de vivre un moment stressant qui s'est bien soldé, le krak - vestige des croisés à la croisée de deux cultures - est impressionnant, la lumière du soir est mélancolique et belle comme une danseuse de flamenco tirant sa révérence, et nous nous dirigeons rien moins que vers ... Petra.

Indianna Jones, on arrive !

Le krak de Montréal posé sur une butte domine la région, avec ses murs défensifs, ses allées souteraines et son escalier en colimaçon à 300 marchessLe krak de Montréal posé sur une butte domine la région, avec ses murs défensifs, ses allées souteraines et son escalier en colimaçon à 300 marchess
Le krak de Montréal posé sur une butte domine la région, avec ses murs défensifs, ses allées souteraines et son escalier en colimaçon à 300 marchessLe krak de Montréal posé sur une butte domine la région, avec ses murs défensifs, ses allées souteraines et son escalier en colimaçon à 300 marchess

Le krak de Montréal posé sur une butte domine la région, avec ses murs défensifs, ses allées souteraines et son escalier en colimaçon à 300 marchess

Nous avions choisi comme hébergement pour deux nuits, une tente sur un emplacement géré par des bédouins, à quelques encablures de l'entrée principale du site de Petra.

Nous faisons une grande visite à la journée tout en ménageant nos pas [TonPapaMoutard n'ayant pas complètement récupéré] : le trésor, le monastère, les tombes royales, le théâtre, le haut lieu du sacrifice, ... la plupart des monuments centraux y passent quand même.

L'entrée emblématique au site de Petra, à l'issue du défilé constitué par une sorte de canynon charriant le flux de touristes, carrioles et l'ouvrage d'approvisionnement en eau construit par le peuple nabatéen, pères fondateurs de la cité de Petra. Cette vision à elle seule réveille l'âme d'aventurier d'un Indiana Jones qui sommeille en chacun de nous !

L'entrée emblématique au site de Petra, à l'issue du défilé constitué par une sorte de canynon charriant le flux de touristes, carrioles et l'ouvrage d'approvisionnement en eau construit par le peuple nabatéen, pères fondateurs de la cité de Petra. Cette vision à elle seule réveille l'âme d'aventurier d'un Indiana Jones qui sommeille en chacun de nous !

El-khazneh, monument le plus emblématique de Petra, sur ses murs l'on peut constater les traces laissées par les anciens ouvrages ayant permis aux nabatéens de sculpter la roche avec une technique toute bête : ils démontaient l'échaffaudage en scultant de haut en basEl-khazneh, monument le plus emblématique de Petra, sur ses murs l'on peut constater les traces laissées par les anciens ouvrages ayant permis aux nabatéens de sculpter la roche avec une technique toute bête : ils démontaient l'échaffaudage en scultant de haut en bas
El-khazneh, monument le plus emblématique de Petra, sur ses murs l'on peut constater les traces laissées par les anciens ouvrages ayant permis aux nabatéens de sculpter la roche avec une technique toute bête : ils démontaient l'échaffaudage en scultant de haut en bas

El-khazneh, monument le plus emblématique de Petra, sur ses murs l'on peut constater les traces laissées par les anciens ouvrages ayant permis aux nabatéens de sculpter la roche avec une technique toute bête : ils démontaient l'échaffaudage en scultant de haut en bas

Le monument dit du monastère, ou autrement le Deir en arabe, accessible par une montée de 800 marches taillées dans la roche

Le monument dit du monastère, ou autrement le Deir en arabe, accessible par une montée de 800 marches taillées dans la roche

L'ancien amphitéâtre romain est lui aussi sculté dans la roche, un travail aussi minutieux que monumental

L'ancien amphitéâtre romain est lui aussi sculté dans la roche, un travail aussi minutieux que monumental

Les milles et une couleurs de la roche de Petra ...Les milles et une couleurs de la roche de Petra ...
Les milles et une couleurs de la roche de Petra ...Les milles et une couleurs de la roche de Petra ...
Les milles et une couleurs de la roche de Petra ...Les milles et une couleurs de la roche de Petra ...

Les milles et une couleurs de la roche de Petra ...

... et ses milles et un visages... et ses milles et un visages... et ses milles et un visages
... et ses milles et un visages... et ses milles et un visages
... et ses milles et un visages... et ses milles et un visages

... et ses milles et un visages

Tiens, quelqu'un nous a précédés ! Il chaussait du combien déjà Moïse ?!
Tiens, quelqu'un nous a précédés ! Il chaussait du combien déjà Moïse ?!

Tiens, quelqu'un nous a précédés ! Il chaussait du combien déjà Moïse ?!

Le lieu est magique de jour, mais l'est encore plus de nuit lorsque nous revenons le soir et que nous reprenons le chemin dit du "défilé" [Siq en arabe, deux grands murs escarpés taillés dans la roche par la force des éléments, selon le point de vue de la science ... ou par les eaux déferlantes que moïse fit jaillir avec son bâton lors de l'exode des juifs d'Egypte, si l'on se réfère à la bible]. Bordé de photophores, avec cette image d'Epinal de la silhouette du trésor [El-Khazneh en arabe] qui se dérobe au grès de nos pas qui avancent, avant qu'elle ne se découvre entièrement à la sortie du canyon constitué par le Siq. Cette approche confère aux lieux un air quasi mystique.

Le lendemain, nous explorons Petra en arrivant par un chemin d’accès alternatif au Siq, en cheminant en haut des plateaux qui enserrent les monuments centraux, et qui nous offrent des vues imprenables avec le luxe de vivre l’expérience pratiquement seuls.

Nous prenons ainsi un peu plus le temps et marchons plus longtemps que la veille cette fois-ci, loin de la foule [et de la tourista des derniers jours] pour observer la roche, la toucher et admirer ses nuances de couleurs et ses formes végétalisantes. Un vrai régal pour les yeux ! L'on prend conscience de ce que le peuple Nabatéen a su créer là : une splendide cité à l'abri des regards indiscrets, qui a longtemps sombré dans l'oubli jusqu'à ce que le voyageur suisse Jean-Louis Burckhardt la révèle au monde occidental.

Pilleurs et autres chercheurs de fortunes s'y sont rués par la suite ; en témoignent les impacts de balles sur la façade du trésor [puisque ceux qui ont tenté leur chance pensait naïvement qu'en perçant l'urne qui coiffe le monument, celle-ci ruissellerait de pièces d'or]. Bien avant, les populations locales se sont abritées derrière les murs sculptés, y laissant des traces de fumée [sorte de squatteurs du désert]. Mais tout ceci n'a en rien entamé la splendeur et l'aura de la belle Petra qui continue de drainer des foules d'un autre genre.

Le défilé illuminé tous les soirs par deux allées d'amphores, pour ceux qui souhaitent revenir sur le site au départ de la foule et profiter d'instants au frais et plus sereinsLe défilé illuminé tous les soirs par deux allées d'amphores, pour ceux qui souhaitent revenir sur le site au départ de la foule et profiter d'instants au frais et plus sereins

Le défilé illuminé tous les soirs par deux allées d'amphores, pour ceux qui souhaitent revenir sur le site au départ de la foule et profiter d'instants au frais et plus sereins

La végétation ayant pris l'habitude de pousser dans ce milieu aride, même la roche se plait par mimétisme à rendre hommage à la bravoure de ses belles du désert
La végétation ayant pris l'habitude de pousser dans ce milieu aride, même la roche se plait par mimétisme à rendre hommage à la bravoure de ses belles du désertLa végétation ayant pris l'habitude de pousser dans ce milieu aride, même la roche se plait par mimétisme à rendre hommage à la bravoure de ses belles du désertLa végétation ayant pris l'habitude de pousser dans ce milieu aride, même la roche se plait par mimétisme à rendre hommage à la bravoure de ses belles du désert

La végétation ayant pris l'habitude de pousser dans ce milieu aride, même la roche se plait par mimétisme à rendre hommage à la bravoure de ses belles du désert

Mais parfois, l'empreinte de l'homme vient mettre son grain de "sable" dans cet univers de perfection. Lorsque les chambres funéraires et autres temples servaient de "HLM ou quats" aux différents passants, des traces de noirceur ont tapissé les murs à cause de l'usage du feuMais parfois, l'empreinte de l'homme vient mettre son grain de "sable" dans cet univers de perfection. Lorsque les chambres funéraires et autres temples servaient de "HLM ou quats" aux différents passants, des traces de noirceur ont tapissé les murs à cause de l'usage du feu

Mais parfois, l'empreinte de l'homme vient mettre son grain de "sable" dans cet univers de perfection. Lorsque les chambres funéraires et autres temples servaient de "HLM ou quats" aux différents passants, des traces de noirceur ont tapissé les murs à cause de l'usage du feu

Le chemin bis que nous empruntons nous fait découvrir quelques fresques en route ...

Le chemin bis que nous empruntons nous fait découvrir quelques fresques en route ...

... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente
... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente
... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente

... mais surtout nous permet d'avoir une vue plongeante sur les monument avec une perspective différente

Lorsque la lumière se retire le soir, elle donne une aura divine à ce lieuLorsque la lumière se retire le soir, elle donne une aura divine à ce lieu
Lorsque la lumière se retire le soir, elle donne une aura divine à ce lieuLorsque la lumière se retire le soir, elle donne une aura divine à ce lieu
Lorsque la lumière se retire le soir, elle donne une aura divine à ce lieuLorsque la lumière se retire le soir, elle donne une aura divine à ce lieu

Lorsque la lumière se retire le soir, elle donne une aura divine à ce lieu

L'Homme est en admiration devant tant de beauté ... et lorgne sur les possibilités d'explorer le site encore plus loin, mais ce sera pour une prochaine fois !
L'Homme est en admiration devant tant de beauté ... et lorgne sur les possibilités d'explorer le site encore plus loin, mais ce sera pour une prochaine fois !L'Homme est en admiration devant tant de beauté ... et lorgne sur les possibilités d'explorer le site encore plus loin, mais ce sera pour une prochaine fois !
L'Homme est en admiration devant tant de beauté ... et lorgne sur les possibilités d'explorer le site encore plus loin, mais ce sera pour une prochaine fois !

L'Homme est en admiration devant tant de beauté ... et lorgne sur les possibilités d'explorer le site encore plus loin, mais ce sera pour une prochaine fois !

Après Petra, notre séjour se poursuit à Wadi Rum, avec pour autre nom célèbre associé au lieu : Laurence d'Arabie.

Un regain d’énergie après un épisode traumatisant, et voilà le nouveau Laurence d'Arabie près à partir à l'assaut du désert et affronter les pires dangers [en tout cas, ses chaussures sont bien lassées et son bob le protège du soleil, il ne s'agit pas de prendre en plus une insolation !]

Un regain d’énergie après un épisode traumatisant, et voilà le nouveau Laurence d'Arabie près à partir à l'assaut du désert et affronter les pires dangers [en tout cas, ses chaussures sont bien lassées et son bob le protège du soleil, il ne s'agit pas de prendre en plus une insolation !]

Mais qui a coupé une part de gâteau ?

Mais qui a coupé une part de gâteau ?

Les magnifiques vues sur le Wadi Rum, dont la fameuse falaise des "sept piliers de la sagesse"Les magnifiques vues sur le Wadi Rum, dont la fameuse falaise des "sept piliers de la sagesse"
Les magnifiques vues sur le Wadi Rum, dont la fameuse falaise des "sept piliers de la sagesse"Les magnifiques vues sur le Wadi Rum, dont la fameuse falaise des "sept piliers de la sagesse"

Les magnifiques vues sur le Wadi Rum, dont la fameuse falaise des "sept piliers de la sagesse"

Les lodges jordaniens, un autre trésor alliant confort et défi écologiqueLes lodges jordaniens, un autre trésor alliant confort et défi écologique

Les lodges jordaniens, un autre trésor alliant confort et défi écologique

Vient ensuite Aqaba ["mon rêeeeeeveuuuuu bleuuuuuuu", me demandez pas pourquoi j'ai cette chanson ridicule qui me vient en tête !]. c'est une sympathique petite station balnéaire, sans aucune prétention contrairement à sa voisine israélienne "Eilat".

D'un côté, un petit port de pêche sans grande prétention, de l'autre une station balnéaire chic et clinquante ! La seule prétention de ce côté-ci de la frontière reste les mâts des drapeaux disproportionnellement gigantesques [chose qui se vérifiera tout le long du voyage]D'un côté, un petit port de pêche sans grande prétention, de l'autre une station balnéaire chic et clinquante ! La seule prétention de ce côté-ci de la frontière reste les mâts des drapeaux disproportionnellement gigantesques [chose qui se vérifiera tout le long du voyage]
D'un côté, un petit port de pêche sans grande prétention, de l'autre une station balnéaire chic et clinquante ! La seule prétention de ce côté-ci de la frontière reste les mâts des drapeaux disproportionnellement gigantesques [chose qui se vérifiera tout le long du voyage]

D'un côté, un petit port de pêche sans grande prétention, de l'autre une station balnéaire chic et clinquante ! La seule prétention de ce côté-ci de la frontière reste les mâts des drapeaux disproportionnellement gigantesques [chose qui se vérifiera tout le long du voyage]

Et à propos d'Israël [et comment ne pas en parler], à différentes reprises lorsque nous longeons la rive du Jourdain notamment ou la frontière israélienne, lorsque nous nous arrêtons à Wadi Mujib sur la rive sud-est de la mer morte, ou lorsque nous visitons el-Maghtas [qui veut dire lieu où on se baigne en arabe], lieu présumé du baptême de Jésus par Jean-Bâptiste ; nous pensons au conflit qui est pourtant peu visible dans cette partie du moyen-orient, et nous ressentons une atmosphère paradoxalement sereine malgré les tensions géopolitiques régulières dans la région.

La Jordanie ayant en effet pris le parti de reconnaître l’État d'Israël, elle se distingue encore une fois de ses voisins arabes et l'accord tient bon malgré des provocations et des événements venant le mettre de temps à autre en péril, et une population jordanienne constituée pour moitié de résidents palestiniens dont le cœur bat résolument pour l'autre côté du Jourdain. 

Si l’Etat d’Israël a un intérêt politique dans cette entente singulière en milieu majoritairement hostile, la Jordanie y a avant tout un intérêt économique puisque le fait d’avoir « pactisé » avec l´ennemi n’arrange pas ses relations diplomatiques avec le reste des pays arabes. Ceci s'explique par le fait que, bien a choisi le pragmatisme à l'idéologisme. Pour un pays aride, l'enjeu est bien évidement l'eau, et l'accord de paix permet à la Jordanie de contrôler quelques unes des rares sources d'eau dans la région : le Jourdain et la rivière Yarmouk. L'accord prévoit également une entraide mutuelle en période de sécheresse, chacun y trouvant alors son compte.

L'eau, un enjeu majeur dans la région. En témoigne la baisse continue du niveau de la mer morte, dont la salinité empêche l'épanouissement de toute forme de vie aquatiqueL'eau, un enjeu majeur dans la région. En témoigne la baisse continue du niveau de la mer morte, dont la salinité empêche l'épanouissement de toute forme de vie aquatique
L'eau, un enjeu majeur dans la région. En témoigne la baisse continue du niveau de la mer morte, dont la salinité empêche l'épanouissement de toute forme de vie aquatiqueL'eau, un enjeu majeur dans la région. En témoigne la baisse continue du niveau de la mer morte, dont la salinité empêche l'épanouissement de toute forme de vie aquatique

L'eau, un enjeu majeur dans la région. En témoigne la baisse continue du niveau de la mer morte, dont la salinité empêche l'épanouissement de toute forme de vie aquatique

La Jordanie nous a ainsi également étonné par sa capacité à dépasser les idées démagogiques et la tentation conservatrice, lui ayant permis non seulement de préserver avec fierté ses spécificités historico-religieuses l[a ville au tiers chrétienne de Madaba et ses mosaïques byzantines encore intactes en sont un bel exemple, ainsi que le site d'Um Er-rasas] mais aussi de proposer aux yeux du monde une version de la genèse de l'islam peu connue voir sciemment tue : des fresques murales étonnantes que l'on peut admirer dans les "châteaux du désert" [il y en a une bonne dizaine plus ou moins bien conservés, nous n'en visiterons que 4 accompagnés d'un très sympathique chauffeur].  A quelques heures de route à l'est d'Amman, ces bâtiment nous livrent des chapitres cruciaux et une lecture différente de qui est communément admis de la vie "matérielle" et spirituelle des premiers protagonistes de l’avènement de l'islam.

Lieux de villégiature et de plaisance ou pavillons de chasse des Omeyyades [dynastie de princes musulmans ayant gouverné le "kalifat" quelques décennies après la mort du prophète Mohammed], les murs de ces "châteaux" renferment des trésors attestant de la réalité de ce que fut la naissance de la religion musulmane, un islam qui s'inscrivait dans la continuité des autres religions monothéistes ou païennes des premières obédiences, cultes et autres folklores l'ayant précédé ; un islam où l'art figuratif, le nu, les visages et les motifs végétaux étaient allègrement employés comme des odes à la vie. Interdits par la dynastie Abasside qui a succédé aux Omeyyades, la célébration du plaisir des yeux et des sens avait auparavant eu toute sa place [du moins, auprès de la caste des gouvernants qui en appréciaient la finesse et le raffinement].

 

Les fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmane
Les fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmaneLes fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmane
Les fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmaneLes fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmane
Les fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmaneLes fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmaneLes fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmane

Les fresques de Madaba, une BD à ciel ouvert qui livre les premiers récits du christianisme la ville n'en reste pas moins essentiellement musulmane

Qasr Kharana, aux frontières avec l'Arabie Saoudite, est un des premiers exemples d'architecture islamiqueQasr Kharana, aux frontières avec l'Arabie Saoudite, est un des premiers exemples d'architecture islamique
Qasr Kharana, aux frontières avec l'Arabie Saoudite, est un des premiers exemples d'architecture islamique

Qasr Kharana, aux frontières avec l'Arabie Saoudite, est un des premiers exemples d'architecture islamique

Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !
Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !
Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !
Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !

Scènes de chasse [dont celles d'animaux aujourd'hui disparus dans la région, voir celle de ce qui ressemble étrangement à un ours], nus, visages christiques ou scènes de la vie ordinaire ... le Qasr Amra se révèle un endroit des plus singuliers quand on connaît les interdits religieux propres à la religion musulmane telle que livrée après le déclin des Omeyyades, et qui continue de faire référence de nos jours !

Qasr El-Azraq est assez atypique comparé aux autres châteaux et doit son nom à la couleur foncée de la pierre basaltique [azraq voulant dire bleu en arabe]. Ce dernier a été construit non pas par les arabes mais par les romains, et fut le quartier général de Laurence d'Arabie lors de la révolte arabe contre l'empire ottoman. Le choix de son emplacement s'explique par la présence d'une oasis possédant la seule source d'eau dans un rayon de 12 milles KMQasr El-Azraq est assez atypique comparé aux autres châteaux et doit son nom à la couleur foncée de la pierre basaltique [azraq voulant dire bleu en arabe]. Ce dernier a été construit non pas par les arabes mais par les romains, et fut le quartier général de Laurence d'Arabie lors de la révolte arabe contre l'empire ottoman. Le choix de son emplacement s'explique par la présence d'une oasis possédant la seule source d'eau dans un rayon de 12 milles KM
Qasr El-Azraq est assez atypique comparé aux autres châteaux et doit son nom à la couleur foncée de la pierre basaltique [azraq voulant dire bleu en arabe]. Ce dernier a été construit non pas par les arabes mais par les romains, et fut le quartier général de Laurence d'Arabie lors de la révolte arabe contre l'empire ottoman. Le choix de son emplacement s'explique par la présence d'une oasis possédant la seule source d'eau dans un rayon de 12 milles KMQasr El-Azraq est assez atypique comparé aux autres châteaux et doit son nom à la couleur foncée de la pierre basaltique [azraq voulant dire bleu en arabe]. Ce dernier a été construit non pas par les arabes mais par les romains, et fut le quartier général de Laurence d'Arabie lors de la révolte arabe contre l'empire ottoman. Le choix de son emplacement s'explique par la présence d'une oasis possédant la seule source d'eau dans un rayon de 12 milles KM

Qasr El-Azraq est assez atypique comparé aux autres châteaux et doit son nom à la couleur foncée de la pierre basaltique [azraq voulant dire bleu en arabe]. Ce dernier a été construit non pas par les arabes mais par les romains, et fut le quartier général de Laurence d'Arabie lors de la révolte arabe contre l'empire ottoman. Le choix de son emplacement s'explique par la présence d'une oasis possédant la seule source d'eau dans un rayon de 12 milles KM

Qasr El-Hallabat, avec ses mosaïques et des éléments d'architecture typiques témoigne de son ancienne fonction d'église byzantine. Depuis le chateau, on peut apercevoir les restes de ce qui fut anciennement des terres agricoles, aujourd'hui complètement abandonnées laissant la place à la sécheresse naturelle et l'aridité envahissante.
Qasr El-Hallabat, avec ses mosaïques et des éléments d'architecture typiques témoigne de son ancienne fonction d'église byzantine. Depuis le chateau, on peut apercevoir les restes de ce qui fut anciennement des terres agricoles, aujourd'hui complètement abandonnées laissant la place à la sécheresse naturelle et l'aridité envahissante. Qasr El-Hallabat, avec ses mosaïques et des éléments d'architecture typiques témoigne de son ancienne fonction d'église byzantine. Depuis le chateau, on peut apercevoir les restes de ce qui fut anciennement des terres agricoles, aujourd'hui complètement abandonnées laissant la place à la sécheresse naturelle et l'aridité envahissante. Qasr El-Hallabat, avec ses mosaïques et des éléments d'architecture typiques témoigne de son ancienne fonction d'église byzantine. Depuis le chateau, on peut apercevoir les restes de ce qui fut anciennement des terres agricoles, aujourd'hui complètement abandonnées laissant la place à la sécheresse naturelle et l'aridité envahissante.
Qasr El-Hallabat, avec ses mosaïques et des éléments d'architecture typiques témoigne de son ancienne fonction d'église byzantine. Depuis le chateau, on peut apercevoir les restes de ce qui fut anciennement des terres agricoles, aujourd'hui complètement abandonnées laissant la place à la sécheresse naturelle et l'aridité envahissante. Qasr El-Hallabat, avec ses mosaïques et des éléments d'architecture typiques témoigne de son ancienne fonction d'église byzantine. Depuis le chateau, on peut apercevoir les restes de ce qui fut anciennement des terres agricoles, aujourd'hui complètement abandonnées laissant la place à la sécheresse naturelle et l'aridité envahissante.

Qasr El-Hallabat, avec ses mosaïques et des éléments d'architecture typiques témoigne de son ancienne fonction d'église byzantine. Depuis le chateau, on peut apercevoir les restes de ce qui fut anciennement des terres agricoles, aujourd'hui complètement abandonnées laissant la place à la sécheresse naturelle et l'aridité envahissante.

La capitale Amman, elle-même, est une ville très étonnante et sensuelle ! On y retrouve en plein cœur des fontaines Wallace, un élégant théâtre antique, des malls, des lieux artistiques, cosy et chics ... c'est une ville fier de ses origines et de ses traditions mais résolument ouverte sur le monde et sur les arts, de la table notamment. C'est un pays où le palais en prend aussi plein les yeux !

L'ancienne Rabbat Ammon biblique et Philadelphia romaine est une des plus vieilles cités au monde à être encore habitée. Elle fut ballottée entre les différents occupants, subi les flux de migrations à travers l'histoire et a tenu tête à différents occupants. Aujourd'hui, ce brassage lui permet au rang de capitale moderne et fière de son passé.

Amman est une capitale résolument branchée et ouverte à la diversité, ce qui est fortement visible dans sa production artistique ...Amman est une capitale résolument branchée et ouverte à la diversité, ce qui est fortement visible dans sa production artistique ...
Amman est une capitale résolument branchée et ouverte à la diversité, ce qui est fortement visible dans sa production artistique ...Amman est une capitale résolument branchée et ouverte à la diversité, ce qui est fortement visible dans sa production artistique ...Amman est une capitale résolument branchée et ouverte à la diversité, ce qui est fortement visible dans sa production artistique ...

Amman est une capitale résolument branchée et ouverte à la diversité, ce qui est fortement visible dans sa production artistique ...

... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...
... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...
... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...
... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...

... elle n'en oublie pas moins ses origines auxquelles elle ménage une grande place, les vestiges de son passé sont ainsi jalousement entretenus ...

Ses deux aspects favorisent un éclectisme sensible particulièrement dans l’émergence d'un courant artistique alliant un doigt fin et élégant, une pensée riche et éloquente à une âme architecteSes deux aspects favorisent un éclectisme sensible particulièrement dans l’émergence d'un courant artistique alliant un doigt fin et élégant, une pensée riche et éloquente à une âme architecte
Ses deux aspects favorisent un éclectisme sensible particulièrement dans l’émergence d'un courant artistique alliant un doigt fin et élégant, une pensée riche et éloquente à une âme architecteSes deux aspects favorisent un éclectisme sensible particulièrement dans l’émergence d'un courant artistique alliant un doigt fin et élégant, une pensée riche et éloquente à une âme architecte

Ses deux aspects favorisent un éclectisme sensible particulièrement dans l’émergence d'un courant artistique alliant un doigt fin et élégant, une pensée riche et éloquente à une âme architecte

Jerash, Gadara et Ajlun sont aussi connues pour abriter les vestiges de l'histoire, notamment ceux des épisodes d'occupation romaine et croisée. 

A Jerash, on peut se promener parmi des théâtres au décor superbement conservé. A Gadara, ce sont les anciennes allées bordées de commerces ainsi que les vues admirables sur le plateau du Golan et la mer de Galilée qui retiennent l'attention. Quand à Ajlun, on peut y croiser [sans jeu de mots] un des rares exemples de forteresse bâtie par les habitants sous l'ordre de Saladin afin de se protéger des croisés. Son cadre champêtre et ses oliviers lui donnent des petits airs d'Italie.

Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux
Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux
Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux
Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux

Jerash ou Gésara, avec ses nombreuses colonnes et théâtres magnifiquement restaurés, son hippodrome et autres magnifiques temples, avec pour arrière-plan la ville moderne qui vient accentuer le raffinement des lieux

A Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restauréesA Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restaurées
A Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restauréesA Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restaurées
A Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restauréesA Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restauréesA Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restaurées

A Gadara ou Umw-Qeis pour les locaux, on se promène dans les artères de l'ancienne ville romaine en pensant à la cohue qu'il pouvait y avoir devant les magasins, boutiques et ateliers dont les façades ont été magnifiquement restaurées

Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent
Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent
Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent

Le cadre bucolique et verdoyant d'Ajlun nous ramène l'espace d'un instant sur le vieux continent

Il y a encore quelques autres sites remarquables que nous avons exploré, tel que le Kerak de Moab [une autre forteresse croisée] et Hamamet Ma'in avec ses roches pétrifiées et ses sources d'eau chaude [120m en-dessous du niveau de la mer sur la route entre Madaba et la mer morte] ; ou encore la ville de Salt et les sites archéologiques de Pella et Iraq-El-Amir.

L'imposante forteresse du kerak de Moab et ses ouvrages militaires dominent l'horizon
L'imposante forteresse du kerak de Moab et ses ouvrages militaires dominent l'horizonL'imposante forteresse du kerak de Moab et ses ouvrages militaires dominent l'horizon
L'imposante forteresse du kerak de Moab et ses ouvrages militaires dominent l'horizon

L'imposante forteresse du kerak de Moab et ses ouvrages militaires dominent l'horizon

A Hamamet Ma'in, nous sommes à 120m en dessous du niveau de la mer, mais il faut encore descendre d'au moins 300m de dénivelés négatifs supplémentaires pour rejoindre la mer morte, plus bas endroit sur la surface du globe ... et il est prêt à le rester puisque ce niveau n'arrête pas de reculer à cause de l'évaporation de l'eau dûe à la chaleur et amplifiée par le pompage pour la desserte en eau potable. Ici dans les bassins d'eau chaude, se cotoient hommes et femmes, locaux et touristes, pour un moment Tahiti douche où les querelles vestimentaires sont déposées à l'entrée et résolues par une tolérance sincère mêlée à une exigence de sobriétéA Hamamet Ma'in, nous sommes à 120m en dessous du niveau de la mer, mais il faut encore descendre d'au moins 300m de dénivelés négatifs supplémentaires pour rejoindre la mer morte, plus bas endroit sur la surface du globe ... et il est prêt à le rester puisque ce niveau n'arrête pas de reculer à cause de l'évaporation de l'eau dûe à la chaleur et amplifiée par le pompage pour la desserte en eau potable. Ici dans les bassins d'eau chaude, se cotoient hommes et femmes, locaux et touristes, pour un moment Tahiti douche où les querelles vestimentaires sont déposées à l'entrée et résolues par une tolérance sincère mêlée à une exigence de sobriété
A Hamamet Ma'in, nous sommes à 120m en dessous du niveau de la mer, mais il faut encore descendre d'au moins 300m de dénivelés négatifs supplémentaires pour rejoindre la mer morte, plus bas endroit sur la surface du globe ... et il est prêt à le rester puisque ce niveau n'arrête pas de reculer à cause de l'évaporation de l'eau dûe à la chaleur et amplifiée par le pompage pour la desserte en eau potable. Ici dans les bassins d'eau chaude, se cotoient hommes et femmes, locaux et touristes, pour un moment Tahiti douche où les querelles vestimentaires sont déposées à l'entrée et résolues par une tolérance sincère mêlée à une exigence de sobriétéA Hamamet Ma'in, nous sommes à 120m en dessous du niveau de la mer, mais il faut encore descendre d'au moins 300m de dénivelés négatifs supplémentaires pour rejoindre la mer morte, plus bas endroit sur la surface du globe ... et il est prêt à le rester puisque ce niveau n'arrête pas de reculer à cause de l'évaporation de l'eau dûe à la chaleur et amplifiée par le pompage pour la desserte en eau potable. Ici dans les bassins d'eau chaude, se cotoient hommes et femmes, locaux et touristes, pour un moment Tahiti douche où les querelles vestimentaires sont déposées à l'entrée et résolues par une tolérance sincère mêlée à une exigence de sobriété

A Hamamet Ma'in, nous sommes à 120m en dessous du niveau de la mer, mais il faut encore descendre d'au moins 300m de dénivelés négatifs supplémentaires pour rejoindre la mer morte, plus bas endroit sur la surface du globe ... et il est prêt à le rester puisque ce niveau n'arrête pas de reculer à cause de l'évaporation de l'eau dûe à la chaleur et amplifiée par le pompage pour la desserte en eau potable. Ici dans les bassins d'eau chaude, se cotoient hommes et femmes, locaux et touristes, pour un moment Tahiti douche où les querelles vestimentaires sont déposées à l'entrée et résolues par une tolérance sincère mêlée à une exigence de sobriété

Salt, une ville rasée au 19ème siècle avant d'être sortie des décombres
Salt, une ville rasée au 19ème siècle avant d'être sortie des décombres

Salt, une ville rasée au 19ème siècle avant d'être sortie des décombres

Pella, ruines étonnantes au milieu de nulle partPella, ruines étonnantes au milieu de nulle part

Pella, ruines étonnantes au milieu de nulle part

Iraq-El-Amir, ses frises, bas-reliefs et autres éléments décoratifs témoignent d'une influence héllénistique qui a rayonné bien au-delà du monde occidentalIraq-El-Amir, ses frises, bas-reliefs et autres éléments décoratifs témoignent d'une influence héllénistique qui a rayonné bien au-delà du monde occidental
Iraq-El-Amir, ses frises, bas-reliefs et autres éléments décoratifs témoignent d'une influence héllénistique qui a rayonné bien au-delà du monde occidental

Iraq-El-Amir, ses frises, bas-reliefs et autres éléments décoratifs témoignent d'une influence héllénistique qui a rayonné bien au-delà du monde occidental

Il y a surtout d'autres endroits totalement fascinants où nous aurions aimé rester un peu plus longtemps :

- A Wadi Mujib pour faire du canynoning,

- Un ou deux jours supplémentaires pour faire quelques rando à la journée aux confins de Petra,

- Et quelques randonnées dans la vallée de Dana bien sûr !

Nous y sommes restés un peu moins de 15 jours et avons tout de même sillonné beaucoup d'endroits à un rythme correct, la Jordanie reste un petit pays qui se visite bien moyennant de louer une voiture car les transports en commun sont plutôt longs et il n'y a pas de lignes de train commercial. Il était question d'une possibilité avec l'ancienne voie ferrée reliant Damas au Hedjaz en Arabie Saoudite et qui passe par Amman en traversant Wadi Rum [nous avons d'ailleurs marché le long des voies et aperçu un train passer lorsque nous y étions] mais nous nous ne nous sommes pas trop renseignés puisqu'il s'agit d'une toute petite portion de la ligne et celle-ci ne dessert pas les principaux sites touristiques.

Visiter la Jordanie est aussi une façon "originale" de réviser la Bible car on y retrouve :

- Le Mont Nebo où Moïse serait mort en contemplant la terre promise,

- Béthanie-du-Jourdin [autrement dit El-Maghtas] où aurait eu lieu le Baptême du Christ et où La Palestine [sous le drapeau israélien qui flotte au-dessus des barbelés] est ralliée en à peine deux brasses [il faut toutefois déjouer la garde des militaires postés le long du no man's land, ce qui n'est tout de même pas très conseillé !],

- Et à proximité, le mont Elias d'où le prophète Elie se serait élevé au ciel,

- Le Siq à Petra d'où Moïse fit jaillir une source,

- La colline de Mukawir coiffée par les ruines du château d'Hérode, funeste lieu où Salomé ordonna la décapitation de Jean Baptiste ...

... Et tous les autres sites bibliques qui, imaginaire ou foi, croyances ou réalités aidant, ont constitué le fil conducteur du début d'une histoire qui se matérialisa par la construction des premiers sanctuaires et églises du début de la chrétienté, un inestimable trésor de beauté et d'ingéniosité. 

Moïse a-t-il contemplé une dernière fois la terre promise depuis le mont Nebo avant que son âme rejoigne son créateur ?Moïse a-t-il contemplé une dernière fois la terre promise depuis le mont Nebo avant que son âme rejoigne son créateur ?

Moïse a-t-il contemplé une dernière fois la terre promise depuis le mont Nebo avant que son âme rejoigne son créateur ?

Béthanie-du-Jourdain ou plus précisément au-delà-du-Jourdain ne fait pas l'unanimité quant au lieu où baptisait Jean Baptiste, mais chrétiens comme juifs revendiquent l'avénement d'actes fondateurs des deux religions en ces lieux qui drainent pélerins et autres touristes curieux
Béthanie-du-Jourdain ou plus précisément au-delà-du-Jourdain ne fait pas l'unanimité quant au lieu où baptisait Jean Baptiste, mais chrétiens comme juifs revendiquent l'avénement d'actes fondateurs des deux religions en ces lieux qui drainent pélerins et autres touristes curieuxBéthanie-du-Jourdain ou plus précisément au-delà-du-Jourdain ne fait pas l'unanimité quant au lieu où baptisait Jean Baptiste, mais chrétiens comme juifs revendiquent l'avénement d'actes fondateurs des deux religions en ces lieux qui drainent pélerins et autres touristes curieux
Béthanie-du-Jourdain ou plus précisément au-delà-du-Jourdain ne fait pas l'unanimité quant au lieu où baptisait Jean Baptiste, mais chrétiens comme juifs revendiquent l'avénement d'actes fondateurs des deux religions en ces lieux qui drainent pélerins et autres touristes curieuxBéthanie-du-Jourdain ou plus précisément au-delà-du-Jourdain ne fait pas l'unanimité quant au lieu où baptisait Jean Baptiste, mais chrétiens comme juifs revendiquent l'avénement d'actes fondateurs des deux religions en ces lieux qui drainent pélerins et autres touristes curieuxBéthanie-du-Jourdain ou plus précisément au-delà-du-Jourdain ne fait pas l'unanimité quant au lieu où baptisait Jean Baptiste, mais chrétiens comme juifs revendiquent l'avénement d'actes fondateurs des deux religions en ces lieux qui drainent pélerins et autres touristes curieux

Béthanie-du-Jourdain ou plus précisément au-delà-du-Jourdain ne fait pas l'unanimité quant au lieu où baptisait Jean Baptiste, mais chrétiens comme juifs revendiquent l'avénement d'actes fondateurs des deux religions en ces lieux qui drainent pélerins et autres touristes curieux

Décapité selon la tradition chrétienne ou simplement exécuté, Jean Baptiste a connu ses dernières heures au temple d'Hérode Antipas qui domine la colline de Machéronte
Décapité selon la tradition chrétienne ou simplement exécuté, Jean Baptiste a connu ses dernières heures au temple d'Hérode Antipas qui domine la colline de MachéronteDécapité selon la tradition chrétienne ou simplement exécuté, Jean Baptiste a connu ses dernières heures au temple d'Hérode Antipas qui domine la colline de Machéronte

Décapité selon la tradition chrétienne ou simplement exécuté, Jean Baptiste a connu ses dernières heures au temple d'Hérode Antipas qui domine la colline de Machéronte

Que l'on soit croyant ou non, à mi-chemin entre athéisme et agnosticisme ; pour ceux qui savent ouvrir leur cœurs et leurs esprits, cette merveilleuse terre promet ... de se saisir du privilège de pouvoir marcher plusieurs milliers d'années plus tard, sur les pas des personnages les plus illustres de l'histoire de l'humanité et dans un décor digne des plus beaux films de l'histoire du cinéma. C'est un voyage que LaBoitamoutards referait volontiers avec toute sa joyeuse petite tribu !

Prochaine destination que je vous conterais : le Québec, ou la Thaïlande, ou non peut-être bien le Liban, ah non la Turquie c'était bien aussi, quoique la vallée de l'Elbe ou l’Écosse ... non j'ai trouvé, la Sardaigne, mais y a quand même aussi le Pérou et la Floride, rhhha et puis avec New York ou les pays Baltes y a de quoi faire aussi ! Bon, vais réfléchir d'abord hein, mais ça donne envie de repartir rien qu'en y pensant !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article